Le Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU)

Les Services d’Aide Médicale Urgente (SAMU)      

 


Les SAMU, qui comportent un centre de réception et de régulation des appels (centre 15), sont chargés :
-
d’assurer une écoute médicale permanente,
-
de déterminer et déclencher la réponse la mieux adaptée à la nature des appels,
-
de s’assurer de la disponibilité des moyens d’hospitalisation, publics ou privés, adaptés à l’état du patient,
-
d’organiser le cas échéant le transport dans un établissement public ou privé en faisant appel à un service public ou à une entreprise privée de transports sanitaires,
-
de veiller à l’admission du patient. 
Il existe normalement un SAMU par département, implanté en général dans l'hôpital de la ville préfecture.

Le médecin régulateur est chargé d’évaluer la gravité de la situation et de mobiliser l’ensemble des ressources disponibles – médecins généralistes, SMUR, ambulances – et, si besoin, de solliciter auprès du SDIS ses moyens, en vue d’apporter la réponse la plus appropriée à l’état du patient et de veiller à ce que les soins nécessaires lui soient effectivement délivrés. A cet effet, le médecin régulateur coordonne l’ensemble des moyens mis en œuvre dans le cadre de l’aide médicale urgente. Il vérifie que les moyens arrivent effectivement dans les délais nécessités par l’état de la personne concernée et assure le suivi des interventions.

En cas de pathologie grave nécessitant une médicalisation rapide, le SAMU fait immédiatement intervenir le SMUR ; le médecin régulateur peut faire intervenir en complément du SMUR, tout autre moyen adapté, notamment les moyens médicaux du service de santé et de secours médical (SSSM) des SDIS.

L’article L.6112-5 du CSP rend obligatoire l’interconnexion du 15 et du 18. Tout déclenchement d’une opération de secours à victimes impliquant les deux services doit être accompagné d’une information opérationnelle réciproque. Cette information mutuelle concerne non seulement la retransmission initiale des données de l’alerte, mais également le déclenchement des opérations et leur suivi. Le fonctionnement de ce dispositif doit faire l’objet d’une évaluation régulière, notamment s’agissant de la qualité de l’échange d’informations et de leur traitement.

Les ISP travaillent donc en étroite collaboration avec les médecins régulateurs des CRRA15. Ils transmettent les éléments circonstanciels, leur évaluation clinique et les données biologiques et biométriques relevées sur la victime pour aider l’acte de régulation médicale. Ils informent également le médecin régulateur des ressources et des besoins de la personne dans son cadre de vie en plus des éléments propres à la situation urgente traitée. Le médecin régulateur peut demander des compléments d’information ou de prise en charge à l’ISP présent sur les lieux.