Brèves d'interventions (4)

2 enfants sauvés in extrémis d’un incendie par les sapeurs-pompiers et leur Infirmier


Il est 9h49 le mercredi 11 décembre 2013 lorsque les secours du CIS Cannes La Bocca (06), sont engagés pour un incendie dans un appartement rue Maurice CHEVALLIER à Cannes.

A l’appel il semble que 2 enfants soient coincés dans l’appartement en l’absence de la maman descendue quelques minutes faire une course.

A l’arrivée, les secours équipés d’ARI (appareil respiratoire isolants), défoncent la porte et dans l’appartement totalement enfumé, retrouvent à tâtons les 2 enfants âgés de 5 et 6 ans.

Inconscients les 2 enfants sont confiés à l’infirmier sapeurs-pompiers positionné à l’étage inférieur.

Les 2 enfants sont totalement noircis par les fumées et sont inconscients.

L’enfant de 5 ans passe rapidement en arrêt cardio respiratoire et bénéficie de la réanimation mise en œuvre conformément aux Protocoles Infirmiers de Soins d’Urgences*(PISU). Sa fonction circulatoire est rapidement récupérée et la réanimation spécialisée toujours menée par l’infirmier SP est poursuivie, pour les 2enfants afin de lutter contre l’intoxication aux fumées d’incendie grâce à l’injection de l’antidote : l’hydroxocobalamine. Cette administration se fait grâce aux 2 voies veineuses périphériques (perfusions) mises en place par l’infirmier sapeurs-pompiers.

Sous perfusion d’hydroxocobalamnie, les signes de détresses régressent rapidement.

A l’arrivée des équipes médicales, engagées à la demande de l’infirmier dès le début de sa prise en charge, les 2 enfants sont sauvés et seront évacués par 2 hélicoptères sur le Caisson Hyperbare de Toulon (83).

L’un d’eux quittera le Centre Hospitalier le soir même ; quant à celui ayant connu un épisode d’arrêt cardiaque, il restera en surveillance 36h supplémentaires.

Les procédures opérationnelles du SDIS 06 (Service Départemental d’Incendie et de Secours des Alpes Maritimes) imposant l’engagement systématique d’un moyen médical ou paramédical dès l’appel pour un feu d’appartement, combinées à la volonté du Médecin-Chef et de l’Infirmier en Chef du SDIS 06 de doter, depuis plus de 10 ans, les Infirmiers SP de Protocoles Infirmiers de Soins d’Urgence ont permis de sauver ces 2 enfants.

Ce type d’opération met en lumière le travail quotidien réalisé par les 6100 Infirmiers de sapeurs-pompiers partout en France, au plus proche des populations et ce malgré les campagnes de dénigrements organisées par Samu Urgences de France (SUdF) et son Président, le Dr Marc GIROUD qui continu à affirmer que les infirmiers chez les SP « mettent en danger la vie des patients » (La Gazette / 7 oct 2013).

La France est l’un des derniers pays développés à ne pas avoir généralisé le recours à des paramédicaux pouvant utiliser des médicaments  hors présence d’un médecin. Dans le contexte de pénurie médicale, le développement de ce type de moyen permettrai de sauver de nombreuses vies et d’améliorer la prise en charge d’une grande part des 4 millions d’intervention de secours à personne réalisé annuellement par les sapeurs-pompiers. Les SMUR des SAMU souvent éloignés et ne disposant que de peu d’équipes  ne se déplacent seulement dans 5% des interventions.

Un rapport de l’Inspection Générale de l’Administration sur le secours à personne doit être remis à M. VALLS dans les semaines qui viennent. L’Association Nationale des Infirmiers Sapeurs-Pompiers espère que ces propositions de réforme seront reprises malgré  le lobbying actif de certains médecins urgentistes, les mêmes qui s’étaient opposés à l’utilisation des défibrillateurs cardiaques par des secouristes dans les années 90. Aujourd’hui les défibrillateurs automatiques sont en libre accès dans les lieux publics et sauvent des centaines de vies chaque année en France.


*Les PISU sont des prescriptions anticipées, rédigées et mises en œuvre conformément au Code de la Santé Publique et permettant une prise en charge rapide et adaptée des patients par les vecteurs opérationnels des Services de Santé et de Secours Médicaux Sapeurs-Pompiers et les Infirmiers.