GUIDES DES BONNES PRATIQUES SUR L'O.S

 


GUIDES DES BONNES PRATIQUES
SUR L'OffICIER SANTE

En 2013, l'ANISP a inité les premières Journées Techniques de Production ( JTP) qui ont  permis de créer deux Guides de Bonnes Pratiques (GBP) selon la méthodologie HAS. Traitant des Entretien Infirmiers Santé en Service (EISS) et du Soutien Sanitaire aux Opérations (SSO) ils sont reconnus du plus grand nombre. Ces deux guides sont une base de travail pour les SDIS souhaitant entrer dans ces démarches. La Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises (DGSCGC) a transmise les GBP au sein des SDIS de France comme signe de soutien de la démarche. 

Deux ans après notre première édition, la volonté de l‘ANISP de rassembler les acteurs des SDIS, pour produire de nouvelles recommandations techniques suivant la même méthodologie etait toujours présente

Ainsi, en 2015, après avoir consulté de nombreuses instances, au regard du rapport IGA-IGAS et des besoins de notre pays dans le domaine du SSSM, il nous a parut essentiel de traiter de « l’officier santé en appui de la chaine de commandement ».

Ce thème a été divisé en deux parties à savoir « l’officier santé au sein des salles opérationnelles (CTA-CODIS) » ainsi que « l’officier santé en appui du COS en intervention ». 

La rédaction de ces guides de bonnes pratiques (GBP) correspond d’une part à un besoin d’appui des SDIS dans la mise en œuvre de l’officier santé dans ces deux activités et, d’autre part, à la nécéssité  de constituer les référentiels nationaux pré-requis à l’évaluation de nos pratiques professionnelles. 

L’officier santé est déjà présent sur le territoire national mais de façon totalement différente d’un département à un autre. Comme à l’habitude, certains SDIS sont très en avance et pour d’autres, l’officier santé ne fait même pas partie des conversations ni de la culture. Pour mener à bien la réflexion sur  ces sujets, nous avons sollicité l’aide d’une grande partie d’entre vous, des experts des 3SM tout comme de la filière incendie-commandement. Cette pluridisciplinarité est gage de grande qualité pour garantir ces travaux. Des organisations ou associations du monde des sapeurs-pompiers ont été invitées à faire partie de notre COmité de PILage à savoir l’ANAMNESIS, la SEMSP, la SFMC, l’ENSOSP et la FNSPF. 

Notre souhait était de travailler sur ces deux thématiques en prenant en compte l’ensemble des acteurs de la chaine de commandement et nos partenaires extérieurs afin de réaliser un travail le plus complet. Nous avons fait appel à des officiers du service de santé, des officiers de SDIS, des personnels de SAMU, des experts dans les domaines pouvant apporter une plus-value à la réalisation de ces GBP par leurs connaissances et leur expérience.    

Conformément aus recommandations méthodologiques de l'HAS, Les JTP se sont déroulées avec la tenue de conférences puis la constitution de groupes de travail  afin de d'établir le fil directeur de nos journées de production. Ces dernières se conçoivent comme le temps formel du regroupement physique d’experts et de praticiens nécessaire à la production de groupe.  La rédaction des GBP a été initiée par une construction méthodologique bien en amont au sein d’un groupe de pilotage et s'est poursuivi après ces journées par une phase de relecture à distance notamment par les acteurs présents et d’autres experts. Enfin  la phase de communication et de diffusion lors de ces JNISP 2016 a terminé la production.

Avant de détailler un peu plus la place de cet officier santé dans les deux organisations, rappelons que l’officier santé est un des membres du SSSM et qu’il peut être médecin, infirmier ou pharmacien. La volonté de l’ANISP était de rassembler et de fédérer autour d’une thématique commune face à un besoin du terrain. 

Tout d’abord, nous avons traité de la place de l’officier santé au sein des salles opérationnelles, intégré ou non à une plateforme commune 15/18/112. La coordination générale de ce guide de bonnes pratiques revient au Colonel Lionel Chabert en qualité d’expert et à l’infirmier d’encadrement Lionel Monin comme chef de projet. L'Officier Santé devient un élément incontournable du fonctionnement des salles CTA-CODIS et de la présence des officiers santé sur le terrain. Appui apprécié des personnels des CTA-CODIS, sa place et son fonctionnement en appui des opérateurs, chefs de salle et officiers CODIS méritent d’être détaillés et expliqués. Cet officier est en première ligne face aux problématiques du SUAP et au déclenchement de moyens du SSSM. Il est également le conseiller technique du CTA-CODIS et partenaire privilégié de nos confrères des SAMU. Le développement non homogène de cet officier santé sur le territoire national imposait aujourd’hui la création de recommandations quant à son positionnement, ses missions, son rôle, sa formation ses outils.... L’ensemble du COmité de PILotage a rendu un avis favorable (l’ENSOSP de part son statut particulier d'organisme d'État n'a pas vocation à donner son avis sur ces travaux)



Ensuite, et dans la continuité de l’officier santé en appui des salles opérationnelles, il nous semblait important de traiter de l’officier santé en appui du COS sur intervention. Cette réalité du terrain mérite d'être d’encadrée tant sur le rôle que sur les missions de cet acteur émergent. Des formations actuelles sont enseignées au sein de l’ENSOSP (DSM, infirmier coordinateur) permettant d’exercer de telles missions. Dans les départements où il est déjà en place, sa plus-value a immédiatement été identifiée et la qualité de la prise en compte de la partie sanitaire de l’intervention a été améliorée. Cet officier santé est, sous l’autorité du Directeur des Secours Médicaux lorsqu’il est présent, un des conseillers santé du COS. Les opérations de grande ampleur ou plus modestes ont besoin d’un tel officier pour gérer la partie sanitaire des interventions permettant au COS d’être plus à même de prendre les bonnes décisions. Le travail réalisé par les nombreuses personnes ayant collaboré pour ce guide est de très bonne qualité et conforme à la méthodologie de l'HAS. Il a néanmoins reçu la seule validation de l'ANISP, le reste du COPIL ayant préféré se retirer sur ce sujet non stabilisé qui pouvait créér une confusion avec le rôle de DSM aux yeux de la composante médicale SSSM. de ces structures. 

Lors de nos dernières JNISP à Arcachon, nous avons eu le plaisir de présenter nos GBP au Dr Patrick GRIGNON, Médecin conseiller auprès du DGSCGC. Nous les avons également remis au Sous Directeur Jean-Philippe VENNIN de la DGSCGC. 

Ces deux guides de bonnes pratiques sont désormais à la disposition du plus grand nombre ci-dessous.

Merci à tous pour votre travail lors des JTP, au sein du groupe de relecture ou dans le COPIL. Merci également à Julie KAUFHOLZ en charge de la mise en oeuvre pour l'ANISP de ce projet.

 


 

 

Envoyer
Inscription Désinscription
  • Membres total
  • Membres en ligne
  • Anonymes en ligne